UA-65774000-1

18 décembre 2014

La Sérénissime - Châssis

Voici ma dernière toile.

Elle s'appelle La Sérénissime, c'est-à-dire Venise. Mais on n'y voit pas la fin du Grand Canal avec la Salute dans la brume ou le soleil au bout. Non, c'est la ruine d'un portail jadis splendide rouillé par l'invasion des eaux montantes qui apportent vase et boue sur un perron autrefois orné. Manque d'argent, changement de valeurs, transformation du climat - c'est la fin d'un monde.

anne reymond,montesquieu-des-albères,peinture,châssis

Je l'ai réalisée à la caséine, peinture dont le liant comprend outre une base de lait de l’ammoniaque et de la girofle. On y ajoute  des pigments.

Cette méthode très ancienne (on la trouve à Pompéi) et d'un rendu crayeux m'a paru convenir particulièrement bien au sujet traité.