UA-65774000-1

24 janvier 2015

Variations sur le thème de la Vénitienne

Durant une formation de cinq semaines avec Pascal Amblard, en 2005 (donc avant mon installation), nous avons peint la composition de la Vénitienne. Cette toile (140x210) réside actuellement à Nice. Elle s'appelle, tout simplement, La Vénitienne.

anne reymond,montesquieu-des-albères,peinture décorative,peinture

 Après la formation, et pour bien m'imprégner des techniques apprises, j'ai repeint cette toile dans une dimension différente (117 x 280). Je l'ai détaillée sur ce blog dans les deux notes intitulées "grisaille" du 7 janvier. C'est La Rue Vénitienne .

 anne reymond,montesquieu-des-albères,peinture décorative,peinture

 Puis je l'ai peinte une troisième fois pour une présentation au Salon d'Automne. J'étais prise de court et j'ai donc voulu utiliser un thème que je connaissais bien. La toile (160x210) s'intitule Automne à Venise.

 anne reymond,montesquieu-des-albères,peinture décorative,peinture

 Mais mal m'en a pris, la toile est arrivée trop tard dans les mains du jury. J'en ai conclu qu'il me fallait trouver d'autres thèmes, en somme inventer les miens. J'ai donc composé Love Me Serge. Cette toile a été réalisée sur châssis (130x195) en deux temps. Voici la première mouture.

 anne reymond,montesquieu-des-albères,peinture décorative,peinture

Cette toile m'a énormément intéressée. D'une part je voulais me libérer du thème désormais très lié à ma formation et donc à la peinture du trompe-l’œil. Mais je voulais aussi trouver un ton qui fût bien à moi et non hérité de mon maître. J'ai donc navigué sur Internet. J'ai d'abord trouvé ce slogan étonnant, Love Me Serge. Pourquoi en anglais, surtout avec un tel prénom? Pourquoi pas I Love You Serge? Je tenais mon thème : c'était la confusion. Confusion des langues, des sentiments, des genres et des règles. En outre, je savais où je me situais : du côté de la tradition. L'absence de règles - qui n'est pas une donnée du street art - n'amenait qu'un chaos de dessins contradictoires et de lettres illisibles dont le chien montrait sans ambiguïté ce qu'il en pensait.

Mais la toile n'était pas terminée et en outre, elle présentait des erreurs de perspective. Je me suis remise au travail. On verra la version actuelle - pas tout à fait terminée - dans la première salle de l'exposition de Port-Vendres (samedi 24 janvier, dimanche 1er février). Tout est en devenir...

Comment sait-on qu'une toile est terminée? Ce sera l'objet d'une prochaine note.

 

 

Commentaires

Anne à quand une exposition à MONTESQUIEU
c'est magnifique

maryanick

Écrit par : maryanick | 24 janvier 2015

J'aime qu'on me raconte une histoire; et celle ci est intéressante car c'est une double histoire: celle d'un tableau et de ton travail, et celle de cette création atypique qui ouvre sur des horizons nouveaux. ta nouvelle approche, ta nouvelle recherche et le mystère de cette phrase bilingue. En plus ça me parle ...pour autre chose. je t'embrasse, je serai à port Vendres. Amédine

Écrit par : lison | 28 janvier 2015

Les commentaires sont fermés.