UA-65774000-1

07 janvier 2015

La Grisaille, suite

Comme le trompe-l’œil comprend nécessairement une architecture entourant le paysage (c'est ce qui donne la profondeur), la grisaille devient un élément fondamental du décor. On verra les éléments de la note précédente (chapiteau, bas-relief, moulure) sur la toile qui suit, Rue Vénitienne.

Anne Reymond,montesquieu-des-albères,trompe-l'oeil,cadeaux,peinture d'intérieur,peinture

Posée chez un client, la toile doit tenir compte d'éléments externes comme l'alarme sur le haut à droite.

Vous remarquez aussi les plinthes superposées. Pour éviter une coupure peu agréable à l’œil, la plus basse est maquillée en carrelage et la seconde entame le pavage de la rue. C'est ce qu'on appelle "l'intégration" qui permet d'éliminer la limite entre la toile et son mur d'accueil, renforçant ainsi l'illusion de réalité.

Les commentaires sont fermés.